La Légende de Beowulf (4/5)

cinema Aujourd’hui c’est mercredi: ciné party!

Beowulf

En ces temps lointains, les sauvages contrées du Nord de l’Europe étaient peuplées de héros et de monstres, et des hommes audacieux, taillés pour la lutte et les conquêtes, pouvaient encore se forger des destins d’exception. Le plus glorieux d’entre ces aventuriers fut le Viking Beowulf, qui surgit un beau jour pour sauver le vieux roi Hrothgar et ses sujets des assauts d’une féroce créature. Son nom devint vite légendaire à travers le royaume et, partout, l’on chanta sa bravoure face au maléfique Grendel. Beowulf ne devint pas seulement célèbre, mais riche. Et avec la richesse vinrent bientôt de dangereuses tentations et une inextinguible soif de pouvoir. Car le héros était aussi humain, trop humain, sans doute, et le guerrier plus avide, plus ambitieux et bien plus faillible qu’on ne l’imaginait…

À force d’entendre tout et son contraire sur ce film, je me suis finalement décidé à la regarder et quelle surprise! Non je n’ai pas été déçue, au contraire. Je trouve que le film est plutôt bon avec une vraie vision sur les Vikings et une belle adaptation de la mythologie scandinave.

Le film est récent (2007) et on peut donc en effet critiquer la qualité du rendu de la 3D (notamment les marches des personnages) ou de la mocap pas toujours réussie. Cependant, le film nous plonge dans l’ambiance des sagas nordiques avec beaucoup de réalisme tout en dosant justement le fantastique: Grendel et sa mère puis le dragon. L’intérêt du film repose sur la définition du héros: qu’est-ce qu’un héros? Est-il supérieur aux autres? A-t-il reçu le don des Dieux ou n’est-il finalement qu’un simple mortel voué à répéter les erreurs de ses pairs? La dimension épique du film est bien présente ainsi que l’émotion notamment avec le roi Hrothgar, interprété par un superbe Anthony Hopkins.

beowulf-movie-clip-screenshot-we-need-a-hero_large

Ray Winstone en Beowulf est juste et charismatique même si ses séquences de combat sont un peu too much: notre héros se bat toujours nu afin de prouver sa valeur sans artifices ni accessoires! Le côté bourrin de la chose rappelle aussi 300, mais le combat final avec le dragon vient relever le niveau.

Beowulf

Les personnages féminins sont bien traités (à saluer pour une fois dans un film à l’ambiance Viking…) aussi bien Angelina Jolie en tant que mère de Grendel et séductrice destructrice ou encore la reine présente du début à la fin, représentant ces femmes Vikings fières et beaucoup plus intelligentes que les hommes ne le pensaient. Son évolution est touchante et son réalisme face aux comportements humains ajoute un thème sérieux au film.

beowulf-wife2

Zemeckis est un très bon réalisateur et nous le prouve encore ici avec de beaux plans et des mouvements de caméra maîtrisés. Ses décors sont superbes et subliment la vision que nous avons tous de cet ambiance et environnement.

beowulf3

La bataille marine du début avec ses monstres marins est époustouflante et le final avec le dragon est digne d’un film fantastique même s’il est bien loin de Smaug…

beowulf SEA MONSTER 2

Beowulf

La bande originale du film est très agréable avec des sonorités nordiques, mais aussi typiquement Irlandaises ou Écossaises. Rien d’étonnant à cette qualité puisque c’est Alan Silvestri qui signe la musique, Monsieur Retour vers le Futur et Forest Gump. On retrouvera les sonorités d’un Elder Scroll: Skyrim avec cette même utilisation des voix en fond. La chanson du générique finale est pleine d’émotion!

CONCLUSION

Au final, La Légende de Beowulf est un bon film fantastique, divertissant et empreint d’un souffle épique et de jolis moments d’émotion. Difficile alors de comprendre la salve de critiques négatives qu’a reçu le film même si la technique n’est pas toujours au rendez-vous.

Thomas le magicien

rabierAujourd’hui c’est samedi: vive les petits!

9782021012866

Thomas a reçu en héritage le prestigieux nom de Thomas Edison. Persuadé d’avoir la même créativité que le formidable inventeur, le garçon décide de suivre ses traces. De bricolages loufoques en déceptions, Thomas va finalement trouver la voie qui est la sienne…

Quel joli album jeunesse! L’histoire est touchante et Thomas très attendrissant. La fin n’est absolument pas attendue et la pointe de tendresse avec la grand-mère est très mignonne. On regrettera juste que la chute donnée, l’histoire ne se développe pas un peu plus, car on aimerait bien voir juste une planche où l’on voit le talent de Thomas se développer.

La mise en page est travaillée avec soit des illustrations en longueur soit en largeur et toujours des petites décorations autour du texte.

DSCF2174

Les illustrations sont sublimes avec un vrai parti pris vintage, ambiance feutrée presque steampunk parfois.

t-le-magicien3Le petit Thomas est tout en rondeur et rousseur avec de grands yeux expressifs et rieurs. Un petit garçon qui séduira tous les enfants! Son chien est assez craquant.

DSCF2173

CONCLUSION
Thomas le Magicien est un très bel album jeunesse à découvrir. Beaucoup de travail sur les illustrations et un texte plein de poésie et de surprises.

La petite souris et la dent (petit album Auzou)

rabierAujourd’hui c’est samedi: vive les petits!

souriscov

Citronnelle est une adorable petite souris et elle est boulangère pâtissière. Mais pas seulement ! Chaque nuit, elle part en mission. Car Citronnelle a un secret bien à elle : c’est l’experte des dents de lait ! Elle est plus connue sous le nom de : « La petite souris ». Jusquau jour où elle va trouver une drôle de dent ! Mais à qui appartient-elle ? Elle part donc mener sa petite enquête

Encore un beau petit livre dans la collection "Mes p’tits albums" chez Auzou!

Cette petite histoire de souris dans un univers très mignon permet de dédramatiser le dentiste chez les enfants. Si l’histoire est amusante et se présente un peu comme une fable, il y a quelques incohérences dommageables. En effet, la petite souris est une experte en dent de lait, mais ne reconnaît pas la canine du petit chat alors que l’animal vit lui aussi dans le village. Le fait d’en avoir fait une experte amoindrit, je trouve, la découverte finale. Cependant, j’ai pensé tout du long qu’il s’agissait d’une dent d’enfant et finalement on est surpris par le choix de l’animal, car qui pourrait dire qu’une souris et un chat feraient la paire!

Les illustrations de Delphine Bodet sont d’une rare beauté! Certaines illustrations ont plus de détails que d’autres, mais on remarquera surtout le travail méticuleux sur les couleurs.

souris

6da35526f82004

Avec la plume tendre et amusante de Virginie Hanna, Delphine vient ajouter sa touche merveilleuse qui confère à l’album une véritable ambiance féerique. Pour certaines illustrations, on se dit que l’illustratrice devrait peut-être travailler pour l’animation tant son style est très graphique.

de81d00ecff988

CONCLUSION

Malgré une petite incohérence dans la mise en place de l’intrigue, La petite souris et la dent est un album jeunesse d’une très belle qualité. Si même la petite souris créé des confiseries, alors les enfants seront ravis de suivre son exemple. À lire avant d’aller chez le dentiste!

Assassin’s Creed Brotherhood (17,5/20)

550919C’est dimanche: game land!

assassins_creed_brotherhood_3-wide

L’histoire reprend pour Ezio en 1499, juste après avoir vu la déesse Minerve, dans les sous-sols du Vatican. Il fuit la ville avec son oncle Mario et la Pomme d’Eden.

En janvier 1500, ils rejoignent leur résidence de Monteriggioni, sereins. Ezio s’apprête à prendre du repos et raconte donc ce qu’il a vu à Rome à Mario, sa mère Maria, sa sœur Claudia, Machiavelli et Catherine Sforza, avec qui il passe la nuit. Le lendemain, la ville est prise d’assaut par les forces de Cesare Borgia qui tue Mario et vole la Pomme. Ezio tente de défendre la ville le temps que les habitants fuient, mais il est blessé. Malgré cela, il part rejoindre Machiavelli à Rome.

Avec l’aide de ses alliés Assassins, venus à Rome pour combattre, Ezio forme une armée de résistants, rebelles au régime militaire des Borgia, en les initiant aux rites des Assassins. Il retrouve également Léonard de Vinci, contraint par Cesare de construire des armes modernes qu’Ezio doit détruire pour affaiblir l’influence des Borgia et permettre la reconstruction de la ville. Grâce à leur aide, il parvient à tuer les alliés les plus puissants de Cesare Borgia, qui a comme seule option finale d’utiliser la Pomme d’Éden.

Au Château Saint-Ange, Ezio surprend une violente dispute entre Cesare et son père Rodrigo, ce dernier ayant dissimulé la Pomme. Cesare le tue en lui enfonçant une pomme empoisonnée dans la bouche. Ezio apprend de Lucrezia Borgia la cachette de la Pomme, s’en empare et, grâce à elle, parvient à disperser les dernières forces de Cesare, qui est finalement arrêté en 1503.

Assassins, vous voici à Rome!

Enfin presque, parce qu’au début vous êtes surtout à Monteriggioni où tout va tellement vite que vous vous demandez pourquoi finalement toutes les séquences ne sont pas des animatiques… Bref, passé ce début décevant, vous vous retrouvez dans Rome gouverné par les Borgia où la milice rôde partout. Vous devez reconstituer Rome en vous assurant de détruire les tours Borgia afin de faire revivre les différents quartiers. Si certains trouveront ça répétitif, la mission terminée et Rome reconstruit à 100% vous laissent avec une certaine fierté! Car il faut bien récolter de l’argent pour tout ça.

assassin-s-creed-brotherhood-playstation-3-ps3-034

Si dans l’épisode précédent Rodriguo Borgia était votre ennemi, c’est ici son fils, Cesare, manipulateur pervers et avide de pouvoir que vous devez affronter. Quelle jouissance incroyable de voir le personnage aussi bien travaillé! Il est d’ailleurs beaucoup plus charismatique que son père et vous donnera du fil à retordre pour le poursuivre.

acb_borgia

Comme dans le précédent opus, vous avez, en plus de votre mission principale, de nombreuses missions annexes auxquelles viennent s’ajouter cette fois des missions de voleurs et courtisanes. Car il vous appartient également de remettre à leur juste place les petites mains jusque-là malmenées par les soldats. Cela vous permet donc de découvrir la ville et ses habitants. Un travail remarquable a été effectué sur les différentes castes de citoyens et leurs costumes.

Assassin’s-Creed-Brotherhood-avis-multi-nokevin7

Et comme si ce n’était pas suffisant, vous devez recruter des Assassins auprès du peuple opprimé afin de vous aider dans votre tâche. On ne pourra donc pas dire qu’il n’y a rien à faire dans Assassin’s Creed: Brotherhood!

Tranquillisez-vous mes frères: l’ouverture est peut-être vite expédiée et la fin tire trop en longueur, mais le jeu est d’une qualité remarquable avec une fluidité dans les mouvements d’Ezio, dans la réalisation, mais aussi des décors magistraux, une ambiance à couper le souffle et une musique minutieusement travaillée.

35daf370208950a50d95437e39a67166

assassins-creed-brotherhood2

Si la mission principale et les annexes sont brillantes, les Tombeaux de Romulus sont vite redondants et pas particulièrement palpitants. Quant aux destructions des armes de De Vinci, accrochez-vous, car ce n’est pas toujours facile! La discrétion et la patience sont de mise…

CONCLUSION

Assassin’s Creed: Brotherhood est un jeu très addictif de par la qualité de l’univers visuel, mais aussi historique, proposé. On passe de très bons moments grâce à un mariage intelligent entre jeu et connaissances. Si le précédent donnait envie de voir Venise, celui-ci fait le même effet avec Rome!

Bienvenue dans la confrérie!

Tibert et Romuald

doudouC’est samedi: vive les petits!

9782745926074_1_75

Romuald, un jeune souriceau intrépide et téméraire, se risque dans la bibliothèque et découvre… de fascinants petits insectes noirs aux pattes fines, alignés en rang identiques et très sages sur les pages d’un livre… C’est le début d’une grande aventure qui lui fait oublier tout prudence et le jette entre les griffes du terrible Tibert, le chat de la maison.

L’album montre comment l’ouverture sur le monde permet de s’en sortir. C’est une belle ode aux contes également et une sorte d’adaptation des Mille et une Nuit avec comme Shéhérazade un souriceau. C’est un bon moyen de montrer aux enfants l’importance de la lecture de façon détournée.

Mais si l’on peut être touché par ce joli message, il n’en reste pas moins que l’histoire n’est pas très palpitante. J’ai trouvé dommage que le texte soit aussi court. Il y avait matière à jouer sur le suspens et le comique de situation. Les illustrations de François Crozat sont superbes notamment les passages dans la bibliothèque où tous les livres sont détaillés et stylisés.

Pour les petits…

Minuscule (1,5/5)

Bugs-Bunny-warner-brothers-animation-71632_1024_768 Aujourd’hui c’est vendredi: anim en folie!

Minuscule

Dans une paisible vallée, des fourmis noires vivent une série d’aventures extraordinaires après la découverte d’une boîte de sucres, un trésor convoité également par les terribles fourmis rouges ! Mais c’est grâce à l’amitié d’une jeune coccinelle qu’une fourmi noire va tenter par tous les moyens de sauver les siens.

"Minuscule, c’est Énorme" ou c’est "Fourmidable!" comme l’annonce les affiches pour vendre le film. À part le desservir, je ne vois pas à quoi ces tags line servent. Bref, passons… Car non Minuscule ce n’est pas formidable.

Si on ne peut que saluer la maîtrise de la technique avec une belle intégration des personnages dans des décors réels, on ne peut pas en dire autant du scénario. Clairement, le film est destiné aux 4/6 ans. Le petit garçon devant moi d’environ 9 ans a demandé deux fois à son père quand est-ce que ça bougeait un peu!

La coccinelle est toute mignonne, mais son aventure manque de dynamisme et si la créativité arrive à la fin du film lors du combat contre les fourmis rouges, les idées délirantes de la coccinelle ne sont pas du tout exploitées.

minuscule-la-vallee-des-fourmis-perdues-862677l

On passe notre temps à suivre les fourmis rouges à travers la forêt pour rapporter une boîte de sucres dans la fourmilière, auprès de la reine. C’est long; trop long! Le scénario est quasi inexistant avec une aventure bien timide pour la jeune coccinelle. Il manque des ellipses pour dynamiser l’action et comme tout le film est muet à part quelques bruits de bouches, il aurait fallu une bande-son beaucoup plus palpitante pour rester éveillé.

Les petits seront séduits par ces insectes et par le côté contemplatif de l’histoire comme les parents qui seront ravis de leur montrer un film doux et tranquille. Cependant, les plus grands regretteront le manque de rebondissements et de travail sur l’humour qui aurait pu être bien plus recherché.

Certes, les auteurs glissent judicieusement un message écologique sur le respect des petits êtres peuplant nos forêts, mais aussi traversant nos routes. Cependant, la séquence avec la petite araignée m’a chagriné, car c’est le seul insecte où l’on montre aux enfants qu’on peut ne pas être respectueux envers lui. La pauvre se retrouve avec une coccinelle qui lui vole sa boîte d’allumettes et une maison renversée alors qu’elle a fait preuve de solidarité envers elle. Une séquence étrange qui semble malvenue.

032021.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

On sera étonné de voir le manichéisme du film avec des fourmis rouges très méchantes qui, sous prétexte de récupérer une simple boîte de sucres, attaquent toute une fourmilière qui vient juste de mettre au chaud ses larves. Certes, dans la nature quand ils veulent subvenir aux besoins de leurs compagnies ou familles, les animaux n’ont pas besoin d’objectifs plus développés, mais il s’agit d’un film et non d’un documentaire…

minuscule-la-vallée-des-fourmis-perdues-film-animation

C’est donc le problème principal du film: les auteurs semblent parfois oublier qu’ils proposent un film d’animation et non un documentaire sur la forêt.

La réalisation est très jolie avec de belles ambiances et un travail efficace sur les couleurs et lumières.

MINUSCULE+LA+VALLEE+DES+FOURMIS+PERDUES+-3D+PHOTO2

183620.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

CONCLUSION

Minuscule, la Vallée des Fourmis Perdues est un film d’animation à la technique certes originale et bien menée, mais qui pêche par un scénario peu travaillé et un manque de réflexions. Les enfants au-dessus de 7/8 ans risquent vraiment de s’ennuyer.

[EXPO] Pixar, 25 ans d’animation

affiche_pixar_ratatouille_2

La fameuse exposition PIXAR, 25 ANS D’ANIMATION, inaugurée au MoMA à New York en 2006 avant de faire le tour du monde de nombreux musées prestigieux, s’inscrit totalement dans cette démarche résolument novatrice et populaire. En exposant les œuvres originales des artistes créateurs de "Toy Story", "Le Monde de Nemo", "Ratatouille" ou "Wall-e", le MoMA a rendu hommage à ce courant artistique émergent et a connu, à cette occasion, sa plus grande affluence de visiteurs depuis sa création.

Quelle expo décevante! Exposition sur Pixar qui, voulant s’adresser à tous, ne s’adresse finalement à personne. Pour les passionnés et les travailleurs de l’animation, difficile de trouver un intérêt dans ces croquis et dessins posés dans différentes salles sans aucun fil conducteur. Pour le grand public, les exposants n’ont pas pris la peine d’expliquer comment fonctionne un film d’animation: écran diffusant le "shading",par exemple, absolument pas expliqué. Les enfants devant moi s’ennuyaient beaucoup!

On présente des sculptures en résine, fascinantes à voir, mais sans dire si elles ont servi ou pas au développement du projet et si oui sous quelle forme.

Lotso-Toy-Story-3-by-Jerome-Ranft-sculpture-en-résine

Malheureusement, pour ceux qui collectionnent les artbooks et autres livres spécialisés, les croquis et dessins peuvent être retrouvés. Il y a des choses très belles à voir, mais l’organisation n’étant pas encore au point, le monde est tel dans les premières salles qu’on ne passe pas assez de temps devant chaque dessin.

expo_pixar___25_ans_d___animation_et_de_magie__517_north_607x

91480887_o

On passe environ 45mn dans l’expo. 45mn pour 15€ avec aucune explication, aucune anecdote, très peu de mise en scène avec écrans ou audios, des travaux posés les uns à la suite des autres avec des répétions: au lieu de mettre tout Toy Story en même temps, personnages et décors sont séparés, mais sans justification.

Bref, l’expo Pixar, première du musée Art Ludique, ne présente vraiment pas d’intérêt. Je pense notamment aux enfants qui ne passeront pas 45mn à regarder des croquis et concepts art. Vraiment dommage.