Animation·Disney

Frozen (4/5)

Bugs-Bunny-warner-brothers-animation-71632_1024_768 C’est vendredi: anim en folie!

La Reine des Neiges

Anna, une jeune fille aussi audacieuse qu’optimiste, se lance dans un incroyable voyage en compagnie de Kristoff, un montagnard expérimenté et de son fidèle renne, Sven à la recherche de sa sœur, Elsa, la Reine des Neiges qui a plongé le royaume d’Arendelle dans un hiver éternel. En chemin, ils vont rencontrer de mystérieux trolls et un drôle de bonhomme de neige nommé Olaf, braver les conditions extrêmes des sommets escarpés et glacés et affronter la magie qui les guette à chaque pas…

En décembre, Disney n’a pas dérogé à sa règle de nous proposer un film pour Noël. Frozen est une adaptation libre du conte La Reine des Neiges écrit par Andersen. Si on ne retrouve ni la noirceur ni le côté horrifique du conte, le film est tout à fait séduisant et nous entraîne dans un univers féerique.

Quand on sort de la projection, la première chose qui vient à l’esprit et qui surprend c’est la grande féminisation du film, notamment chez Elsa. J’ai été étonnée de voir Disney proposer une fable sur la libération de la femme; libération qui vient avec une certaine érotisation du personnage, mais de façon légère et pas du tout indécente. Comme quoi le studio légendaire peu encore nous surprendre, nous adultes!

tumblr_inline_mrwmfoMPWg1qz4rgpUn conte de Noël

Autre particularité du film: pour la première fois depuis Lilo & Stitch, on suit les aventures de deux sœurs. Point essentiel du film, c’est ce qui finalement m’a le plus séduit, car la mise en avant de ces relations me touche toujours… L’ouverture avec Elsa et Anna petites est un bonheur aussi bien visuel qu’émotionnel. D’ailleurs, c’est malheureusement le seul passage émouvant du film qui manque cruellement de suspens.

disney_frozen___young_elsa_by_sharnihendry-d6pi8fn

Les pouvoirs d’Elsa, restés trop longtemps cachés, se dévoilent lors de son couronnement et Anna, à qui on avait fait oublier la magie, voit sa grande sœur s’enfuir du royaume sans comprendre cet abandon. Dans un passage époustouflant où Elsa construit son nouveau palais, la jeune femme est enfin libre et profite de ses incroyables pouvoirs. C’est à ce moment-là que l’on comprend que le personne ne sera pas une « méchante »! Reprenant le même thème que La Belle et la Bête, Frozen met en avant la monstruosité attribuée par les autres à cause d’une simple différence.

Si le personnage d’Elsa est très vite fascinant, Anna, bien que tout à fait rigolote, l’est beaucoup moins. Elle représente LA princesse Disney que beaucoup ont comparé (pas forcément à tort…) à Raiponce même si la précédente princesse aux cheveux longs était plus volontaire qu’Anna. Si l’on regarde bien, la résolution du film n’est pas liée à son sort, mais à celui d’Elsa et cela veut tout dire…

Anna_Frozen

Il semblerait que les auteurs se soient un peu embrouillés au niveau des lieux: si l’on pense au début être en Russie, on comprend vite par la suite que l’intrigue se déroule dans les pays Nordiques. Petit malentendu géographique qui n’échappera pas au plus grands… Cependant, le folklore scandinave est bien représenté avec la compagnie de Trolls, famille adoptive du « prince charmant » Kristoff.

frozen8

L’humour, que je pensais être trop appuyé, est finalement très bien maîtrisé notamment grâce au personnage du bonhomme de neige Olaf qui ponctue le film de nombreux gags bien sentis. Quant au renne Sven, il est heureusement moins présent que ce que la bande-annonce laissait présager, mais moins drôle que le célèbre Maximus!

a555af73-cc11-485b-a414-a7f82938178b_frozen_olaf_gs

Une ambiance au Pays des Merveilles

Si l’on peut reprocher à ce film une intrigue un peu trop simple et beaucoup trop de chansons (24 minutes sur l’ensemble du film!), on ne peut rien dire sur l’animation encore plus fluide que dans Rebelle avec une maîtrise parfaite des effets de neige ou de glace. Les décors sont somptueux et l’ambiance neigeuse confère à l’ensemble un aspect des plus féeriques!

21033108_20130829140330775.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

21047959_20131009152520361.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

La musique vient rehausser cette ambiance merveilleuse avec de jolis airs à la flûte d’inspiration celtique ou de grandes envolées lyriques pour les moments plus importants.

CONCLUSION

Frozen (La Reine des Neiges) est un magnifique Disney auquel on repense beaucoup après même si sur le coup il semble manquer des choses. Le choix d’un film élégamment féministe montre une évolution dans les thèmes du studio et la magie de l’univers enchante n’importe quel passionné d’animation. Les petites filles seront forcément séduites par Anna et Elsa. A voir!

Et pour la petite anecdote, des guests un peu particuliers pour le couronnement d’Elsa:

tangled-frozen

Publicités

2 réflexions au sujet de « Frozen (4/5) »

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s