Aventure·Histoire·Jeux·PS3

Assassin’s Creed Brotherhood (17,5/20)

550919C’est dimanche: game land!

assassins_creed_brotherhood_3-wide

L’histoire reprend pour Ezio en 1499, juste après avoir vu la déesse Minerve, dans les sous-sols du Vatican. Il fuit la ville avec son oncle Mario et la Pomme d’Eden.

En janvier 1500, ils rejoignent leur résidence de Monteriggioni, sereins. Ezio s’apprête à prendre du repos et raconte donc ce qu’il a vu à Rome à Mario, sa mère Maria, sa sœur Claudia, Machiavelli et Catherine Sforza, avec qui il passe la nuit. Le lendemain, la ville est prise d’assaut par les forces de Cesare Borgia qui tue Mario et vole la Pomme. Ezio tente de défendre la ville le temps que les habitants fuient, mais il est blessé. Malgré cela, il part rejoindre Machiavelli à Rome.

Avec l’aide de ses alliés Assassins, venus à Rome pour combattre, Ezio forme une armée de résistants, rebelles au régime militaire des Borgia, en les initiant aux rites des Assassins. Il retrouve également Léonard de Vinci, contraint par Cesare de construire des armes modernes qu’Ezio doit détruire pour affaiblir l’influence des Borgia et permettre la reconstruction de la ville. Grâce à leur aide, il parvient à tuer les alliés les plus puissants de Cesare Borgia, qui a comme seule option finale d’utiliser la Pomme d’Éden.

Au Château Saint-Ange, Ezio surprend une violente dispute entre Cesare et son père Rodrigo, ce dernier ayant dissimulé la Pomme. Cesare le tue en lui enfonçant une pomme empoisonnée dans la bouche. Ezio apprend de Lucrezia Borgia la cachette de la Pomme, s’en empare et, grâce à elle, parvient à disperser les dernières forces de Cesare, qui est finalement arrêté en 1503.

Assassins, vous voici à Rome!

Enfin presque, parce qu’au début vous êtes surtout à Monteriggioni où tout va tellement vite que vous vous demandez pourquoi finalement toutes les séquences ne sont pas des animatiques… Bref, passé ce début décevant, vous vous retrouvez dans Rome gouverné par les Borgia où la milice rôde partout. Vous devez reconstituer Rome en vous assurant de détruire les tours Borgia afin de faire revivre les différents quartiers. Si certains trouveront ça répétitif, la mission terminée et Rome reconstruit à 100% vous laissent avec une certaine fierté! Car il faut bien récolter de l’argent pour tout ça.

assassin-s-creed-brotherhood-playstation-3-ps3-034

Si dans l’épisode précédent Rodriguo Borgia était votre ennemi, c’est ici son fils, Cesare, manipulateur pervers et avide de pouvoir que vous devez affronter. Quelle jouissance incroyable de voir le personnage aussi bien travaillé! Il est d’ailleurs beaucoup plus charismatique que son père et vous donnera du fil à retordre pour le poursuivre.

acb_borgia

Comme dans le précédent opus, vous avez, en plus de votre mission principale, de nombreuses missions annexes auxquelles viennent s’ajouter cette fois des missions de voleurs et courtisanes. Car il vous appartient également de remettre à leur juste place les petites mains jusque-là malmenées par les soldats. Cela vous permet donc de découvrir la ville et ses habitants. Un travail remarquable a été effectué sur les différentes castes de citoyens et leurs costumes.

Assassin’s-Creed-Brotherhood-avis-multi-nokevin7

Et comme si ce n’était pas suffisant, vous devez recruter des Assassins auprès du peuple opprimé afin de vous aider dans votre tâche. On ne pourra donc pas dire qu’il n’y a rien à faire dans Assassin’s Creed: Brotherhood!

Tranquillisez-vous mes frères: l’ouverture est peut-être vite expédiée et la fin tire trop en longueur, mais le jeu est d’une qualité remarquable avec une fluidité dans les mouvements d’Ezio, dans la réalisation, mais aussi des décors magistraux, une ambiance à couper le souffle et une musique minutieusement travaillée.

35daf370208950a50d95437e39a67166

assassins-creed-brotherhood2

Si la mission principale et les annexes sont brillantes, les Tombeaux de Romulus sont vite redondants et pas particulièrement palpitants. Quant aux destructions des armes de De Vinci, accrochez-vous, car ce n’est pas toujours facile! La discrétion et la patience sont de mise…

CONCLUSION

Assassin’s Creed: Brotherhood est un jeu très addictif de par la qualité de l’univers visuel, mais aussi historique, proposé. On passe de très bons moments grâce à un mariage intelligent entre jeu et connaissances. Si le précédent donnait envie de voir Venise, celui-ci fait le même effet avec Rome!

Bienvenue dans la confrérie!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s