Animation·Aventure·Jeunesse·Séries

Dragons (saison 1): Cavaliers de Berk

dimancheAujourd’hui c’est dimanche: geek day! 

208_318513

Après avoir apprivoisé les Dragons et réconcilié Berk avec ces créatures ancestrales, Harold décide d’ouvrir une académie pour entraîner les Dragons et apprendre à mieux les connaître. Ses camarades sont ses premiers élèves et ensemble ils vont découvrir de nouvelles qualités à leur monture. Mais la paix entre les habitants de Berk et les Dragons est fragile, car certains, comme le vieux Mildiou, n’ont toujours pas confiance…

Après le premier film, Dreamworks sort en 2012 la saison 1 de Dragons. En 20 épisodes, les auteurs s’attachent à nous présenter la nouvelle vie des habitants de Berk qui doivent maintenant coexister avec les Dragons.

Si la série est à la base destinée aux plus jeunes (8/12), elle se laisse largement regardée par les adultes tout comme les films. L’écriture est très intelligente avec des intrigues dynamiques et dans l’ensemble beaucoup d’émotion. La plupart des épisodes se suivent et il est très agréable de retrouver enfin une série feuilletonnante!

Harold et ses camarades vont apprendre de nouvelles choses sur les Dragons notamment leur prédisposition à protéger leur meute (donc leur cavalier et par extension tous les villageois) et découvrir de nouvelles espèces à répertorier. 

Dragons_riders_of_berk_screencap_animal_house_by_sdk2k9-d5eci2o

Harold va également entraîner les autres Dragons, car si Krokmou est le plus prédisposé à accepter un cavalier, les autres n’ont pas forcément acquis toutes les ficelles. On va découvrir plus en profondeur chacun des personnages notamment Rustik, qui faisait figure de méchant dans le film ou encore les jumeaux qui certes sont toujours aussi bêtes, mais vraiment drôles. C’est Varek surtout qui surprend, car ce petit Viking gros et lent s’avère être une encyclopédie vivante des Dragons. Il aidera souvent Harold et ses amis à se tirer de situations compliquées face à la découverte de nouveaux dragons sur l’île.

Stoïck, le père, connaît également une belle évolution même s’il n’est pas au cœur de la série. Dans l’épisode 7, le chef débonnaire apprend même à monter sur un Dragon Tornade!

dragons-riders-of-berk-how-to-pick-your-dragon-stoick-and-thornado-touch-1044x583

La relation Harold/Astrid est très légère, mais ce n’est pas plus mal, car les relations avec les autres ados sont du coup mieux développées et permettent de mettre en avant un large éventail de personnages. La série n’est pas autocentrée sur Harold et on arrive à s’attacher à tous. Il est juste un peu dommage de voir que Krokmou continue à se comporter comme un chat…

Assez rapidement, un antagoniste récurrent apparaît: Alvin le Traître. Il a été exilé de Berk avec ses partisans (les Outcasts) par Stoïck pour ses méfaits. Il occupe une île peuplée de dragons qu’il tente vainement de dompter. Son objectif: mettre la main sur Harold pour qu’il entraîne ses dragons afin de détruire Berk et se venger ainsi de Stoïck.

Alvin-dreamworks-dragons-riders-of-berk-32798109-400-232

Il n’apparaît pas à chaque épisode, mais suffisamment pour créer de gros enjeux sur toute la saison et notamment dans les deux derniers épisodes. C’est un méchant assez marrant, car il est à la fois très charismatique et complètement bête! On sent qu’il peut être très mauvais pour Berk, mais son cerveau fonctionne au ralenti. De plus, il est entouré d’une bande d’incapables qui craignent les dragons.

Visuellement, la série est beaucoup moins belle que le film avec une 3D pas toujours très fluide même si les dragons sont toujours aussi beaux avec de belles trouvailles.

Screen_shot_2013-03-21_at_9.54.46_PM

Les couleurs sont parfois criardes et l’animation des personnages pas toujours juste, mais le cœur des épisodes est si prenant qu’on oublie ces petits défauts.

Je ne peux que vous conseiller de regarder cette première saison en VO tant le doublage est de qualité et les traits d’humour beaucoup mieux senti dans la version anglaise.

CONCLUSION

Dragons: Cavaliers de Berk est une série d’animation très bien ficelée avec des intrigues captivantes qui se laissera regarder à n’importe quel âge. Le dernier épisode laisse présager une saison 2 épique ; un moment difficile où les nerfs d’Harold seront mis à rude épreuve…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s